Quel vaccin pour quel voyage ?

Pour tous les voyageurs et quelle que soit la destination.


La mise à jour des vaccinations contre le TÉTANOS, la POLIOMYÉLITE et la DIPHTÉRIE (de préférence avec une dose réduite d’anatoxine chez l’adulte) et la coqueluche (à 25 ans avec un rattrapage jusqu’à 39 ans) est recommandée;
Un sujet correctement vacciné a reçu au moins les 3 injections de la primo-vaccination dans l’enfance et un rappel à 25 ans (avec COQUELUCHE), 45 ans, 65 ans, puis tous les 10 ans. En l’absence de schéma initial complet, 2 injections espacées de 2 mois, avec rappel à un an, permettent de rattraper la vaccination.

ATTENTION : Un rappel de vaccination contre la POLIO datant de moins de un an est recommandée aux personnes séjournant en : Afghanistan, Pakistan (Cameroun, Guinée Équatoriale, Éthiopie, Irak, Israël, Nigéria, Pakistan, Somalie, et Syrie antérieurement sur la liste des pays endémiques).

Deux doses de vaccin trivalent ROR (ROUGEOLE OREILLONS RUBÉOLE) sont recommandées pour toute personne née depuis 1980. Une dose peut être recommandée au voyageur né avant 1980 et n’ayant jamais eu de rougeole.

Une injection de vaccin contre la MÉNINGITE à MENINGOCOQUE C est recommandée jusqu’à 24 ans révolus.

D’autres vaccins peuvent être recommandés, selon votre état de santé notamment, ou votre statut immunitaire vis à vis des maladies infectieuses qui bénéficient d’un vaccin.

Tous types de séjours dans les pays à bas niveau sanitaire.


La vaccination contre l’ HÉPATITE A (Havrix ®, Avaxim ®, Vaqta ®) est recommandée.
Schéma vaccinal :
une injection 10 à 15 jours avant le départ puis rappel 6 à 18 mois plus tard (jusqu’à 5 ans plus tard selon les spécialités) .
Il n’est plus recommandé de faire un rappel au-delà de la seconde dose.
Possible chez l’enfant à partir de l’âge de 1 an.

ATTENTION au schéma vaccinal associant les vaccins contre les hépatites A et B (Twinrix®) car il ne contient qu’une demi-dose de vaccin contre l’hépatite A. Il faut dans ce cas prévoir 3 injections du même vaccin à M0-M1-M6

Un dépistage sérologique des anticorps IgG anti-VHA (Ac totaux) à la recherche d’une infection ancienne, dispensant alors de la vaccination, peut être proposé :
– aux personnes nées en France avant 1945,
– ou qui ont séjourné plus d’un an, notamment dans l’enfance, dans un pays de forte endémicité,
– ou qui signalent un antécédent évocateur d’hépatite virale (jaunisse dans l’enfance).

Séjour dans un pays à bas niveau sanitaire, prolongé (supérieur à 3 semaines) ou dans des conditions d'hygiène précaires.


La vaccination contre la FIÈVRE TYPHOÏDE (Typherix®) est recommandée pour des séjours prolongés (à partir de 3 semaines) et / ou aventureux (notamment pour les séjours en Inde, dans le Maghreb).
Une injection 2 semaines avant le départ ; La durée de protection est de 3 ans; L’efficacité protectrice est partielle (environ 70%).
Possible chez l’enfant à partir de l’âge de 2 ans.
Un vaccin combiné protégeant simultanément contre l’hépatite A et la typhoïde existe (Tyavax®).

Voyage dans une zone intertropicale d'Afrique ou d'Amérique du Sud.


Le vaccin contre la FIÈVRE JAUNE (Stamaril ® ), maladie virale mortelle transmissible par la piqûre de certains moustiques (pendant la journée pour les Aedes en Afrique), est obligatoire pour entrer dans des nombreux pays d’Afrique noire et d’Amérique latine ; Certains pays exigent également la vaccination si vous venez d’un pays où se transmet la fièvre jaune.
D’autres Etats pourtant situés dans la zone d’endémicité (comme le Sénégal) ne la réclament pas. Pourtant, dans ces cas, la vaccination est néanmoins fortement recommandée.

Impression
Schéma vaccinal :
Vaccin réservé aux centres agrées de vaccination antiamarile
Une injection au moins 10 j avant le départ pour la première injection.
Exigible dès l’âge de 1 an; possible dès 9 mois. Obligatoire en Guyane française.
Un carnet de vaccination international « jaune » vous sera remis. Il devra être présenté avec votre passeport à l’entrée dans le pays visité.

NOUVEAUTÉ : La validité du vaccin contre la fièvre jaune, effective à partir du 10è jour suivant la première injection, sera désormais définitive (le certificat était antérieurement valable 10 ans) SAUF si vous voyagez dans un pays où sévit actuellement une épidémie, si la première dose a été administrée avant l’âge de 2 ans, pendant la grossesse, ou bien si vous souffrez d’un déficit de l’immunité.

Prudence : Exceptionnellement, ce vaccin peut être à l’origine d’effets indésirables graves, surtout chez les sujets âgés de plus de 60 ans et vaccinés pour la première fois, ou les personnes « immunodéprimées ».
La notice du vaccin vous sera remise avant l’injection. Dans tous les cas, si vous suspectez une réaction anormale au vaccin, n’hésitez pas à consulter.
Attention : L’indication du vaccin sera soigneusement évaluée pendant la grossesse. L’allaitement doit être interrompu pendant 15 jours après la vaccination. Enfin, le don de sang doit être différé de 4 semaines après l’injection.

Séjour prolongé (résidence ou randonnée supérieures à 3 semaines) en situation de forte promiscuité et en période épidémique, notamment en Afrique sahélienne en saison sèche ( de décembre à juin).


Il s’agit essentiellement de la « ceinture de la méningite » du Mali, Burkina Faso, Niger, Nigeria, Tchad et Soudan.
Le vaccin tétravalent Nimenrix ®  A,C,Y,W135 est efficace contre la MÉNINGITE à MÉNINGOCOQUE des sérogroupes A, C, Y, W. Il est indiqué surtout pour les enfants et les adultes jeunes qui voyagent pendant la saison sèche.
Schéma vaccinal :
Une injection au moins 10 jours avant le départ. Vaccin efficace chez l’enfant âgé de plus de 1 an.
La durée de protection acquise avec le vaccin conjugué est de 5 ans au minimum, voire plus à confirmer.
NB : La vaccination n’est pas recommandée pour les sujets qui, même séjournant brièvement dans une zone épidémique, ont peu de contact avec la population locale.
Ce vaccin tétravalent A,C,Y,W est également EXIGE pour les pèlerins se rendant à la Mecque (Hajj) et à Médine (Omra). Un certificat de vaccination datant de plus de 10 jours et de moins de trois ans est nécessaire pour l’établissement du visa par les autorités Saoudiennes.

Séjour prolongé de plus de 3 semaines ou fréquents, activités (dans le secteur de la santé) ou comportements à risques (notamment sexuels, ou tatouage, piercing…).


Le vaccin contre l’HEPATITE B est efficace chez les sujets exposés.
Schéma vaccinal :
Deux injections espacées d’un mois, avec un rappel unique 6 mois plus tard (schéma classique 0-1-6)
En cas de départ imminent, un protocole de vaccination accéléré ( J0, J7/10, J21 pour le vaccin Engerix ® ) est également possible, avec rappel 1 an plus tard.

Séjour prolongé (ou tour du monde) ou aventureux (circuit à vélo) et en situation d'isolement (trekking) dans un pays à haut risque (surtout en Asie : notamment en Inde), et particulièrement pour les jeunes enfants à partir de l'âge de la marche.


La RAGE , maladie infectieuse mortelle, bénéficie d’un vaccin bien toléré utilisable à titre préventif.
Les chiens errants ou semi-domestiques, nombreux dans les villes de la plupart des pays en voie de développement d’Asie, d’Amérique latine et d’Afrique, constituent le principal réservoir et vecteur de virus de la rage, même s’ils ne paraissent pas malades.

Distribution du risque de rage humaine / OMS 2013

En toute circonstance, évitez d’approcher tous les animaux, qu’ils soient sauvages ou domestiques.
Toute morsure, quelle que soit sa localisation, expose à un risque de transmission de la rage.
Le contact d’une plaie ouverte (toute morsure mais aussi, une érosion, voire une simple griffure de la peau) ou d’une muqueuse (bouche, œil, …) avec la salive d’un animal enragé est à risque.
Une attention particulière doit être portée aux jeunes enfants qui, dès l’âge de la marche, sont les victimes les plus fréquentes en zone d’enzootie rabique.

Schéma vaccinal :
3 injections à J0, J7, J21 ou 28.
ATTENTION : La vaccination préventive ne dispense pas d’un traitement curatif qui doit être mis en œuvre le plus rapidement possible après exposition. Elle simplifie cependant la prise en charge : en cas de morsure, deux injections de rappel espacées de 3 jours devront être faites impérativement et le plus tôt possible.

Conduite à tenir en présence d’une blessure par un animal, ou un contact avec la salive :
1 – Traitement de première intention dans tous les cas
Nettoyage soigneux et prolongé de la plaie à l’eau et au savon de Marseille.
Rinçage abondant et application d’un antiseptique.
Vérification de l’immunité antitétanique.
Une antibiothérapie systématique peut être proposée après morsure lorsque la plaie est particulièrement déchiquetée (pour une durée comprise entre 5 et 10 jours). Elle sera systématique en cas de signes infectieux locaux ou de douleur aiguë au site de morsure.
2 – Si la vaccination préventive a été complète, il faudra simplement compléter la vaccination (se renseigner localement auprès du consulat de France).
Ainsi, chez un sujet préalablement vacciné contre la rage, seuls 2 rappels de vaccin effectués à 3 jours d’intervalle sont nécessaires, le premier étant réalisé le plus tôt possible.
Dans cette situation, les immunoglobulines ne sont pas indiquées (ceci est très important car il est difficile voire impossible de se procurer ces produits dans de nombreuses régions du monde du fait de leur rareté et de leur coût)
3 – En l’absence de vaccination préventive, le traitement vaccinal post-exposition est une urgence. Il comprend cinq injections, et doit être associé à l’injection d’immunoglobulines spécifiques si possible au niveau de la plaie.

Séjour prolongé en zone rurale à la saison des pluies en Asie du Sud ou de l'Est.


L’ENCÉPHALITE JAPONAISE est une maladie virale transmise par la piqûre nocturne (avec un pic à la tombée de la nuit et à l’aube) d’un moustique, le Culex, qui effectue son cycle au contact des porcs. La probabilité de contracter la maladie pour un touriste dans la zone d’endémie est inférieure à 1/1 000 000 (avec majoritairement des formes inapparentes). Le risque passe à 1/5 000 dans le cas d’un séjour prolongé, en zone rurale (notamment de rizières), pendant la saison de transmission, dans les pays suivants : Bangladesh, Myanmar, Cambodge, Chine, Corée, Inde, Japon, Laos, Népal, Philippines, Sri Lanka, Thaïlande, Vietnam.

Carte encéphalite japonaise

Le vaccin Ixiaro® est recommandé dès l’âge de 2 mois pour les voyageurs :
– expatriés ou devant résider plus de 30 jours dans ces régions où le risque existe ;
– ou se rendant dans les régions endémiques ou épidémiques, avec une exposition extérieure importante, plus particulièrement dans les zones de rizières ou de marécages, pendant la période de transmission du virus, quelle que soit la durée du séjour. Les activités suivantes présentent des risques : camping, cyclisme, randonnée, travail à l’extérieur, nuit à la belle étoile sans moustiquaire…, en particulier dans des zones où l’irrigation par inondation est pratiquée.

Schéma vaccinal :
2 injections à J0 et J28 . Une dose de rappel est recommandée dans la deuxième année, idéalement plutôt après un an pour les personnes résidant en zone d’endémie.Un schéma accéléré a été validé (J0 et J7).

REMARQUE : Toujours insister sur la bonne utilisation des répulsifs et insecticides.

Séjour printanier ou estival en zone rurale ou forestière en Europe centrale, septentrionale ou orientale.


La MÉNINGO-ENCÉPHALITE à TIQUES est une maladie virale transmise dans l’est de l’Europe après la morsure d’une tique. Les tiques femelles sont actives du début du printemps jusqu’à la fin de l’été, en campagne et dans les forêts où elles attendent, pendues à des brins d’herbe ou à des branchages, de s’accrocher au promeneur de passage. Il existe un vaccin efficace contre cette maladie.
Schéma vaccinal :
Trois injections, les deux premières à 1-3 mois d’intervalle, la troisième 9-12 mois plus tard ; rappel à 3 ans puis tous les 3-5 ans.

Un schéma accéléré avec Ticovac ® peut être envisagé (J0 + J14), avec rappel 9 à 12 mois plus tard.
Possible chez l’enfant à partir de 3 ans (première injection : demi-dose jusqu’à 16 ans).
Une réaction fébrile, avec ganglions, est assez fréquemment observée.
Associations vaccinales à éviter.

REMARQUE : Toujours insister sur la bonne utilisation des répulsifs et insecticides.

 

Autres situations.

La GRIPPE diffuse de manière épidémique dans l’hémisphère Sud.
Le vaccin antigrippal adapté à chaque épidémie, administré tous les ans avec les mêmes indications qu’en France, est disponible sur place dans le pays visité, ou sur demande exceptionnelle auprès des autorités de santé françaises.
Le vaccin est également recommandé pour des séjours dans les pays à risque d’épidémies de grippe aviaire (pour limiter les craintes liées à la confusion entre les deux affections).

Pour les voyageurs se rendant dans des lieux éloignés à haute prévalence de la leptospirose (randonneurs en zones de rizières ou d’eaux mortes, rafters, spéléologues, plongeurs en eau douce) un vaccin contre la LEPTOSPIROSE, Spirolept®, peut être proposé.
Schéma vaccinal :
2 injections à 15 jours d’intervalle, rappel à 4-6 mois puis tous les 2 ans.
Eviter les associations vaccinales (séparer d’au moins 3 semaines avec les autres vaccins).